SwissPOC
SwissPOC

Qu'est-ce que SWISS-poc ?

Un glossaire de mots-clés suisses permettant d’inspirer des pays en quête de démocratie.

Qu'est-ce que SWISS-poc ?

Un glossaire de mots-clés suisses permettant d’inspirer des pays en quête de démocratie.

Je recherche :

Dans la rubrique :

Résultat(s)

Les résultats de votre recherche apparaîtront ici:
– En rouge les mots-clés
– En bleu les éléments du bundle démocratique
Pour faire apparaître tous les mots-clés, vous pouvez afficher le sommaire.

 

Désolé, nous n'avons pas trouvé de résultat à votre recherche !

Réessayer avec d'autres rubriques ou mots-clés.


De la
démocratie
en Suisse


Vous ne vivez pas en démocratie...
Et vous ne le savez pas...
Parce que vous ne connaissez pas le modèle suisse !

Suicide :

« En Suisse, 2 à 3 personnes décèdent chaque jour d’un suicide (sans les cas de suicide assisté). » (Observatoire suisse de la santé, 2020). On recense en moyenne 1 000 suicides par an. Ce chiffre s’élevait à 1 043 en 2017, dont 773 hommes et 270 femmes et 890 Suisses et 153 étrangers. En 2015, le suicide était la 1ère cause de décès chez les jeunes de 15 à 29 ans, avec un taux de 2 à 3 décès par semaine.

« En Suisse, environ 1 000 personnes se sont suicidées en 2016 ; avec 12 cas par 100 000 habitants, le taux de suicide se situe dans la moyenne en comparaison européenne. » (Observatoire suisse de la santé, 2019).

De plus, « plus d’un demi-million de personnes ont actuellement des pensées suicidaires, plus de 200 000 ont tenté́ de se suicider au moins une fois dans leur vie, dont environ 33 000 au cours des 12 derniers mois. » (Observatoire suisse de la santé, 2019). Ces chiffres ne prennent pas en compte les personnes en détention, ni celles séjournant dans des cliniques psychiatriques ni celles en procédure d’asile, bien que ce soient les plus touchées.

« Si l’on met en regard les 33 000 tentatives de suicide autodéclarées et les suicides, on obtient un ratio pour la Suisse d’environ 1 suicide pour 32 tentatives. Si l’on prend également en compte les suicides assistés, le ratio s’abaisse à 1:17. » (Observatoire suisse de la santé, 2019).

« 3 professions présentent un risque suicidaire plus élevé que la moyenne, pour les femmes comme pour les hommes. Il s’agit des soignants (infirmiers, sage-femmes, aide-soignants), des chauffeurs de transports publics -qui comprend également les conducteurs de taxi- et des manoeuvres dans les industries manufacturières. » (Fontannaz, 2019). Ainsi, par secteur d’activité, les hommes dans le milieu de l’agriculture, de la chasse et de la sylviculture, ainsi que des activités des défenses sont plus à risque alors que les femmes dans le milieu de la santé et de l’action sociale sont plus touchées. De plus, les personnes au chômage sont particulièrement touchées.

La première méthode de suicide pratiquée est la pendaison, suivie par l’arme à feu et l’empoisonnement. La tranche d’âge qui se suicide le plus est celle des 50-59 ans.

En 2017, 198 suicides avec armes à feu eurent lieu. Ce chiffre a diminué de presque 50% lors de l’introduction de nouvelles règles rendant plus difficile la conservation de son arme de militaire chez soi. En effet, 398 suicides avec armes à feu avaient eu lieu.

« La pandémie de Covid-19 pèse fortement sur le moral de certains adolescents, privés de perspectives d’avenir et du lien social du milieu scolaire. Les tentatives de suicide sont en hausse et les hospitalisations en pédopsychiatrie ont aussi pris l’ascenseur en 2020″ (RTS, 2020).

Un « Plan d’action pour la prévention du suicide en Suisse » a été adopté en 2016. Il « définit des objectifs et des mesures pour réduire – ou stabiliser malgré la croissance démographique – le nombre de suicides et de tentatives de suicide en Suisse. » (Observatoire suisse de la santé, 2019).

Mot-clé suivant

Recherche Fiches